Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Miss Ko : interview au TAIWAN BEATS SHOWCASE du 9 juin 2015 à Paris

Comme le MIDEM, la Taiwan Music Night, renommée TAIWAN BEATS SHOWCASE, se déroule désormais début juin à Cannes, avant que sa délégation menée cette année par le groupe MAGIC POWER ne rejoigne Paris et le Pan Piper pour se produire devant un public et des media plus nombreux. C'est là, le 9 juin 2015, que nous avons interviewé Miss Ko, rappeuse épaulée par la référence taïwanaise du hip-hop, le fameux Soft Lipa. La très dynamique Miss Ko, qui a chassé les pickpockets dans les rues de Paris lors de son séjour (vidéo à voire sur sa page Facebook), fut la 1ère artiste féminine du genre récompensée aux Golden Melody Awards, et une vraie révélation pour les 200 à 250 spectateurs du concert gratuit.




Interview Miss Ko à Paris pendant le TAIWAN BEATS SHOWCASE 2015


Miss Ko : Salut tout le monde, ça roule ? Mon nom est Miss Ko. En chinois, c'est Ko Ge Zhongshan. Je suis une rappeuse de New York et je mélange chinois et anglais dans mon hip-hop. J'ai gagné le prix du meilleur nouvel artiste aux Golden Melody Awards 2013. J'espère que vous aimerez ma musique.

Orient-Extrême : Est-ce votre premier voyage en France ? Que ressentez-vous ?
Miss Ko :
Oui, c'est mon premier voyage en France et j'ai adoré Cannes, la première ville que j'ai découverte. C'était génial et j'ai été très bien accueillie par le public. Je pense que la musique a son propre langage et tout le monde peut le comprendre, peu importe l'origine. Le TAIWAN BEATS SHOWCASE de Cannes fut une super nuit, et me voici à Paris, qui est magnifique, pour le second show. Je ressens une atmosphère spéciale ici, quelque chose liée à la culture et à l'Histoire...

Orient-Extrême : Qu'avez-vous pensé du premier concert donné au MIDEM ?
Miss Ko :
Les visiteurs du MIDEM, et donc la plupart de ceux qui ont assisté au concert, sont plutôt des professionnels de l'industrie musicale. J'ai aussi constaté que les spectateurs qui sont spécialement venus pour le concert étaient jeunes. Ils étaient très expressifs et énergiques. Ils sont vraiment venus pour profiter de la musique.

Orient-Extrême : Le MIDEM est en effet avant tout un salon professionnel. Y avez-vous fait des rencontres intéressantes à titre professionnel ou personnel ?
Miss Ko :
Oui, oui ! Quand je me baladais au MIDEM, j'ai rencontré le producteur Ryan Leslie. Il a produit pas mal de chansons que j'aime écouter. On a discuté, notamment à propos d'une proposition, et on a fait un selfie. C'était top.

Orient-Extrême : Vous connaissez des artistes français ?
Miss Ko :
J'avoue : je ne connais pas trop la musique française. ça vient surtout du fait que je ne maîtrise pas la langue, mais je la trouve vraiment belle. Un artiste de notre label KAO!INC Records est français et apporte une touche différente, "française", au hip-hop chinois. Je vous invite à chercher des infos !

Orient-Extrême : Intéressant ! A propos de vous, qu'est-ce qui vous a amené à faire du hip-hop ? Tout a commencé à New York, c'est bien ça ?
Miss Ko :
J'ai grandi à New York City, dans le Queens plus précisément, qui est plongé dans la culture hip-hop. Depuis bébé, je suis dedans et j'en écoute. Il y avait des breakdancers en bas de mon appartement... Où que j'aille, il y a du hip-hop partout et j'en ai été naturellement imprégnée. Je suppose que, comme c'était en moi, j'ai pu très naturellement le mixer avec la musique chinoise. Ce serait aussi simple que ça et le résultat me parait assez unique.




Orient-Extrême : La scène hip-hop taïwanaise est inconnue en France. Est-ce que vous pouvez nous la présenter briévement et nous dire quelles sont ses principales caractéristiques ?
Miss Ko :
En effet, les Français ne sont probablement pas très familiers avec la musique taïwanaise, ou le hip-hop taïwanais. Je pense qu'on peut y trouver de super artistes et de très belles musiques. Si je prends comme exemple mon producteur Soft Lipa, j'adore sa musique car il l'écrit en chinois et c'est très poétique. Le résultat n'a aucun équivalent en anglais, c'est vraiment son style. Je pense que le hip-hop taïwanais a son propre style. Même s'ils peuvent être influencés par la scène américaine, les artistes hip-hop taïwanais ont chacun leurs propres qualités et des particularités qui les rendent uniques.

Orient-Extrême : D'après les communiqués, vous seriez la première chanteuse hip-hop de Taiwan... Il n'y en avait vraiment pas avant vous ?
Miss Ko :
On dit que je suis la première rappeuse de Taiwan, mais je ne crois pas qu'il n'y en avait aucune avant moi. C'est juste que je suis la première à avoir gagné une forme de reconnaissance parce que j'ai remporté le prix du meilleur nouvel artiste aux Golden Melody Awards 2013. C'est la première fois qu'une rappeuse, femme, le reçoit. Je pense que c'était une étape marquante pour le hip-hop de Taiwan.

Orient-Extrême : Par le passé, vous avez notamment eu un clash avec la rappeuse chinoise Double.J. Il y en a peut-être eu d'autres, c'est une tradition du genre qui existe aussi en France, aux USA... Les clashs entre rappeurs ou rappeuses sont-ils aussi nombreux à Taiwan ?
Miss Ko :
A propos de ce genre de polémiques et de frictions avec d'autres artistes taïwanais... il n'y actuellement aucun problème entre moi et qui que ce soit. Mais en effet, les clashs, c'est commun dans le monde du hip-hop aux USA, peu importe les motivations. En tout cas, je suis là et uniquement là pour faire ma musique. Tout le monde a ses opinions et je les respecte.

Orient-Extrême : Le concert de ce soir n'a pas encore eu lieu, mais qu'est-ce qui vous aura le plus marqué lors de ce séjour en France ?
Miss Ko :
Je suis stupéfait par le couché de soleil tardif en France ! Le soleil est encore haut dans le ciel à 22h, on peut aller faire la fête et rentrer tranquillement, c'est ouf ! Les français aussi resteront dans mes souvenirs, ils sont rayonnants, adorables... joyeux aussi, j'imagine.





Photos et traduction : Xiazi Zhang
Remerciements : le Bureau de Représentation de Taipei en France, Crosslight Global Entertainment et le Pan Piper
Reproduction / réutilisation de l'interview et des photos strictement interdite.











Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême