Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Les labels indépendants en Chine : panorama des structures actives, de la pop au black metal

Si vous en avez marre de naviguer entre les jupettes de Jolin, les froufrous de SHE et le regard mystérieux de Jay (six mois devraient être suffisants pour faire le tour de l’entrecuisse de Jolin), partez explorer plus en profondeur la scène musicale de la République Populaire de Chine. Comme partout ailleurs, elle recèle nombre de merveilles alternatives en marge de la pop taiwanaise et hongkongaise que les Européens peuvent connaître via l’import. Il suffit de suivre les logos bizarres au dos des CD pour trouver ces différents labels…

Une fois que l’on a bien repéré les bons dealers de son, généralement aux alentours des universités chinoises, la malle s’ouvre. Plusieurs labels indés ou alternatifs existent, et nous vous en livrons ici un panorama en trois parties, évidement incomplet vu le "dynamisme chinois" (paraphrase de "véritable bordel") : les structures nationales (avec de relativement gros moyens et distribués nationalement, de Shanghai au plaines de Mongolie), les structures locales (plus débrouillardes et servant de relais aux scènes locales) et enfin les structures spécialisées qui se focalisent sur un genre et le développent à travers la Chine.

NB : Le terme "Chine" est ici utilisé pour désigner la République Populaire de Chine, ce qui exclut Taiwan, Hong-Kong et Macao ; sauf pour la partie Hong-Kong bien évidemment…



LES STRUCTURES NATIONALES

- SCREAM RECORDS / JINGWEN
Scream Records est l’une des premières structures à oser sortir nationalement ce que l’on qualifierait d’alternatif en France, en commençant par le punk. C’est l’histoire classique en Chine du bar/concert créant une scène et évoluant vers la production et distribution de cette scène. La position pékinoise apporta à Scream un vivier de talents et de publics plus ouvert, capitale culturelle oblige. La production de Scream, c’est la première compilation punk de dimension nationale (le WuLiao), le premier CD de punk féminin (voire féministe) avec Hang On The Box, le premier CD de visual avec Silver Ash et Fall Insects (comprendre Fall In Sex), de néo avec Twisted Machine, de hip-hop avec Yin Tsang et CMCB ; et ainsi de suite. La liste est longue, conséquence logique et privilège d’avoir été les premiers à se positionner nationalement. Malheureusement, Scream semble actuellement inactif. Les divers groupes qui firent sa réputation signent sous des labels différents ou s’auto-produisent, et la qualité des produits livrés est en baisse (pas le contenu mais le contenant, ou les pistes sont enregistrées dans le désordre, ou il manque des titres…). Bref, il s’agit d’un énième problème avec les autorités ou avec la maison mère qui diffuse : JingWen Records. Jingwen Records est un éditeur généraliste qui travaille avec beaucoup de monde, de Jet Li au micro à Yu Fei Men (électro pop), Swamps (rock noisy) ou Cui Jian et Confucius Says (rock Beifang) en passant par la distribution du catalogue classique d’EMI. Cependant, le catalogue angulaire de Scream est toujours distribué : du Yaksa (métal et chant traditionnel), Miserable Faith (harcore/punk), Wang Lei (électro), SMZB (énorme punk) ; à ajouter au Wuliao, Hang On The Box, etc. Brut, parfois très influencé par l’occident, Scream Records est à l’alternatif mondial ce qu’est la Tsingtao (Qingdao) à la bière mondiale, une première adaptation chinoise, un peu mou du genou pour les palais expérimentés, mais une bombe et une galaxie jusqu’alors inconnue pour les palais locaux.
www.studio-ito.net/scream/index.html
www.scream-records.net

- MODERN SKY / BADHEAD / GUAVA
En parallèle à Scream, le guitariste de Sober (rock alternatif) a aussi perçu l’opportunité que représentait la scène alternative pour les jeunes citadins chinois. Ainsi, Modern Sky, aussi localisé à Pékin (Beijing), s’est positionné sur le rock underground, du pop-punk de Xin Kuzi (New Pants) à la nouvelle vague rock de Pékin (NO ou Sober par exemple) en passant par le folk acoustique de Hu Mage. La politique artistique de Modern Sky se veut qualitative plus que quantitative. Ils ne signent pas beaucoup de groupes mais suivent leur évolution dans le temps. Après les premiers albums de Supermarket et Sound Fragment très… inégaux dirons-nous, et une succession de compilations, le roster a pris en maturité d’album en album, et les derniers Muma ou Sound Fragment (rock mélodique) sont quasi parfaits dans leur style. Devant le succès du label, Modern Sky créa d’abord un premier sous label nommé Badhead sortant les groupes les plus radicaux de Modern Sky (le punk décadent de Joyside, le post-punk de P.K.14 et Re-TROS, le rock mélodique de Muma). Si le nom du label passe de Modern Sky à Badhead, la qualité elle ne change pas et reste au top. Cependant, ce recentrage de l’alternatif vers Badhead a fait que les nouveaux arrivant du label principal Modern Sky se cantonnèrent à un pop-rock un peu fade (le laborieux et hyper policé Milk @ Coffee par exemple…).
Par la suite Modern Sky a aussi créé la vache à lait des compilations électro en créant le second sous-label Guava, regroupant les valeurs sures qui se développaient en indé (voir plus loin : Shanshui et Reconfiguration). Cela accoucha d’une liste en rapide expansion d’albums "Cafe Del Mar-like" compilés par Sun Dawei ou HU Zi baptisés Chill Out. Apres des débuts très passables, Guava semble suivre la trajectoire de Modern Sky, et sort des albums de plus en plus personnels et aboutis (Dead J, Sulumi, Hu Zi, ME!MO…)
En résumé, si le label originel Modern Sky semble baisser en qualité et en innovation ces derniers temps, les sous-labels, eux, continuent d’aller de l’avant et semblent être de plus en plus intransigeant sur la qualité des CD à sortir… Clairement, ici à Orient-Extrême, on n’a rarement regretté l’achat d’un Badhead ou Guava hors compile…
www.modernsky.com


- SUBJAM / KWANYIN
Enfin Subjam. Beaucoup moins implanté mais à vocation généraliste et nationale, Subjam est le genre de label que l’on peut acheter les yeux fermés. Un vrai gage de qualité. Subjam, c’est surtout son créateur, le philosophe et critique chinois Yan Jun. Un produit Subjam (majoritairement CD, mais aussi DVD et livres) constitue généralement une expérience étrange où le "génial" côtoie dangereusement le "quel merde", de l’amour à la haine, bref laissant rarement indifférent, pour peu d’être ouvert et de laisser leur chance aux œuvres. Très en contact avec les scènes locales, Subjam est une caisse de résonances : le label à diffusé une des premières autoproductions de Brain Failure, un des P.K.14 les plus expérimental, du Ronez, le Aitar d’Isolation Records (voir plus bas), Wang Fan du label Adopin (voir plus bas) et ainsi de suite… Bref, la politique Subjam reflète les goûts et les rencontres de Yan Jun à travers les cercles artistiques locaux. Récemment, Subjam est devenu pionnier de l’art sonore sur le continent à travers la création du sous-label Kwanyin (la bouddhique Guangyin), le pendant de Noise Asia à Hong Kong, allant encore plus loin dans les expérimentations avec 718, FM3, Wang Fan, Wang Changchun… Cher comparé aux autres labels ; Subjam, c’est l’assurance d’être interpellé. La jupette de Jolin et les lèvres de Jay s’éloignent, même pour les plus graveleux(euses) d’entre nous…
www.subjam.org




STRUCTURES LOCALES

Ce n’est un secret pour personne, la Chine est vaste ; et la scène active est composée d’un filet de petites structures (généralement à l’échelle des provinces et basées en capitales provinciales). Le système D fait que les CD ne sont disponibles que localement (ou lors de tournées) et sont de qualité très variable (production pas toujours au rendez-vous, artworks gribouillés…), mais ça donne la chance aux groupes locaux qui n’ont pas l’opportunité d’être aussi visibles qu’a Pékin. Loin d’être complet, la liste suivante reprend par région les organismes remarquables, actifs… et un minimum structurés.

- FANYIN (SHANGHAI)
Petit label de rock sortant Yao Lei ou The Honeys. Du pop-rock dans la pure tradition de Shanghai, un brin mou, commercial bien qu’indépendant et fade… A fuir, sauf si vous voulez un somnifère. Cependant, on souligne l’effort dans la situation actuelle de la scène à Shanghai.
www.china-fm.com/cpp.asp

- LITTLE BAR (SICHUAN)
Qui vient à Chengdu connaît rapidement le Little Bar et sa patronne Tang Lei. Il est resté pendant longtemps le seul bar à concerts passant des groupes alternatifs du Sichuan et d’ailleurs. Le Little Bar évolua vers la production et la distribution de CD des groupes qui marchent localement, tous styles confondus. L’écoute des compilations Underground Chengdu peut s’avérer déconcertante de par les écarts stylistiques entre les plages. Outre ces compilations, le Little Bar a servi de tremplin local pour The two other comrade (électro et musique traditionnelle), Leishen (harcore/punk teinté d’erhu et d’opéra sichuanais), Ashes Of Wednesday (rock contemplatif), Proximity Butterfly (rock psyché), Dj Q9 (scratch), Soundtoy (rock mélodique), Ideolum Of Eddy (punk émo) mais aussi des choses beaucoup moins bandantes comme Airbag, Dim Nova (pop rock), Ashura (néo)… Enfin, de temps en temps, le Little Bar compile aussi sous forme de VCD les concerts enregistrés sur place et qui regroupent la crème de la scène chinoise dans son ensemble, côte à côte avec les groupes locaux (Brain Failure, SUBS, PK14, Sound Fragment…). La qualité des produits se tient : les productions et les artworks sont de plus en plus soignés et rivalisent enfin avec les structures nationales.
www.littlebar.org

- SOUNDS MAKERS (CHONGQING)
En Chine, il y a deux solutions pour les labels locaux : soit le bar qui se développe, soit (et c’est le cas de Sounds Makers) un studio qui sort lui-même ce qui passe et qui n’est pas sous contrat pour les agences étatiques. Bref, on rassemble des gens et on opère en système semi fermé avec le site internet comme vitrine. Sounds Makers propose sur son site de poster des démos, d’échanger des plans… Chongqing n’ayant pas de bar attitré alternatif, le studio sert de scène. Sounds Makers sort de temps en temps des compilations de groupes locaux, les Sub Chongqing, clairement orientées rock, indé par nature, mais qui comprennent aussi du hip-hop ou de l’électro. On note surtout la power pop efficace de TaoSiDing ou le rock-garage de The Wheels. La dernière compilation en date étonne par la qualité du produit (livret en papier de haute qualité, production honnête pour la petite majorité des groupes, artwork ultra soigné…).
www.soundsmakers.com

- SONG-YELANG (GUIZHOU)
Guyang est la capitale du Guizhou, province la plus pauvre de Chine. Evidement, la scène de musique alternative n’est pas une priorité dans le secteur. On notera tout de même le studio SongYelang qui sort de temps en temps des compilations et des EP de groupes locaux. Pas de moyen ne veut pas dire pas d’idée. Si les produits sont clairement merdiques (enveloppe à la place d’un artwork/boîtier/livret et production à des kilomètres de nos standards, même par rapport aux auto-productions de garages français) ; les groupes ne le sont pas. Bref ce label sert surtout à faire connaître ce qui se passe dans le trou du cul du monde (qui a vu les hangars à paysans attendant le train sait que Guyang ne doit pas en être loin) et permet à la scène locale de se structurer un minimum, et donc de tourner dans les provinces alentours (Sichuan, Guangxi, Yunnan). Entre l’amas de groupes pop-rock, on retient surtout le métal indus de 37.5 et les mélodies de Tianguo.
http://song.yelang.com.cn/

- TIMESTRING RECORDS (SHAANXI)
A l’image du Little Bar dans la province d’à côté, Timestring Records dérive des activistes à qui l’on doit LvZhou.net le site de la culture alternative de Xi’An. Timestring sort les différents groupes de musique alternative du Shaanxi à travers des compilations de groupes indépendants, ou des EP, comme le rock somnifère de Hush ou le métal chiant de Hackbuteer. Le contenant est au rendez-vous, cela promet donc du meilleur quand Timestring sortira les divers groupes de punk du coin.
www.lvzhou.net/shiyin

- R.H.C. RECORDS (HONG-KONG)
Label assez gros et ambitieux sortant de rares groupes de musique alternative "continentale". On leur doit surtout l’excellent metal-indus de AK-47, le rock de Filter ou le métal atmosphérique de Spring & Autumn. L’intérêt de passer par Hong-Kong ? Evidement moins de censure ! Cependant, après ces premières signatures, R.H.C. édite désormais des choses convenues.
www.mmmeeettt.com/RHC

- HARBOUR RECORDS (HONG-KONG)
Hong-Kong, c’est loin, là-bas derrière la non-frontière. Mais malgré cette vision obstruée, Harbour Records semble être la maison indépendante la plus sérieuse quant à leur politique artistique, et ils ont les moyens de leurs ambitions ! Le rock psyché des 22 Cats, l’électro pop fontaine de jouvence de My Little Airport, le rock de False Alarm (peut-être les plus communs donc passables sur CD) ainsi que diverse compilations, le tout offert avec une production aux petits oignons. Bref un label à conseiller pour du rock qui s’écoute tout seul sans prise de tête.
www.harbourrecords.com/content/main.htm
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=54648277


- 89268 (HONG-KONG)
Deuxième grosse structure indépendante de Hong-Kong, sous l’aspect d’une organisation pour le développement culturel indépendant, 89268 possède deux sous-labels, des tourneurs, un studio… Haaaa… (soupir de dépits) L’organisation des compagnies de Hong-Kong… Ils ont déjà sorti un petite trentaine de CD dont les excellents Swamps (de Canton, rock noisy diffusé en Chine continentale par JingWen), le rock aguichant (dans le bon sens du terme) de InLove, mais aussi les expérimentalistes de Primary Shape ou le rock d’Echo. On leur doit aussi les Rebel Studio, perle rare, un label quasi exclusivement dédié au hip-hop de la presqu’île hongkongaise avec Ghost Style et Dennis Zee. Enfin, 89268 sort aussi de grosses compilations CD et DVD reprenant la scène hongkongaise tous genres confondus, pas trop mal fichus, pas bordélique, et déstructuré comme certains collages fourre-tout des labels continentaux. En conclusion : des gens apparemment sérieux avec des moyens.
www.89268.com/index.html
www.rebelstudio.net

- START FROM SCRATCHES RECORDS (HONG-KONG)
Ce label hardcore, punk et metal de Hong Kong (c’est vrai que ça manquait) est un tout nouveau né. Nouveau label oui, mais groupes rodés qui n’attendaient que lui, suite à leur nombreux CD en auto-production, notamment King Ly Chee (bon hardcore/punk) et Engrave Thy Heart.
www.startfromscratchrecords.com
www.myspace.com/startfromscratchrecords

- PEOPLE MOUNTAIN, PEOPLE SEA (HONG-KONG)
Enfin, pour finir le tour d’horizon sur les boites hongkongaises, voici une autre structure relativement grosse et professionnelle : People Mountain People Sea. La politique artistique est ouvertement pop décalée. On n’est pas chez les Morning Musume, mais les artistes font tous de la pop délurée, un brin innocente, mais décalée. L’éléctro-pop de Pixel Toy, la pop enfantine de At17 et ainsi de suite. Pourquoi en parler ? Car c’est une petite boite sérieuse, innovante dans ces approches de la pop et avec une politique artistique très marquée, pop mais créative.
www.peoplemountainpeoplesea.com/index_pmps.htm

- PUNK ROCK UNION (PEKIN)
Tout est dans le nom. Punk Rock Union concentre plusieurs groupes d’émo, de skate-punk, de screamo et de punk plus conventionnel (donc chiant), mais pas ou peu de ska, oi, post-punk ou punk revival. Ils sortent des compilations reprenant les évolutions des divers groupes. Si certains sont déjà bien rodés (Recycle, Tookoo ou CaffeeIn Park), d’autres sont beaucoup moins intéressants (AOK, Bad Dream), et le reste insipide et ennuyeux, même en concert (un comble pour des groupes de punk). Bref on attend beaucoup mieux d’un label de punk sur Pékin. Ici, on reste dans la cour MTV alors que la capitale chinoise regorge de bon punk. Pour le moment, nous ne sommes pas convaincu du tout du bien fondé de ce label.
www.fzband.com
www.myspace.com/fzth

- SO ROCK ! (PEKIN)
Organisation qui a commencé en sortant le magazine Wo Ai Yagun ! (traduit bizarrement en "So Rock !") traitant des musiques alternatives accompagnées d’un sampler. Comme Modern Sky ou Pocket Music, il dériva vers la production et la diffusion de musique. Les artistes So Rock ! sont très diversifiés, du folk de Hu Mage à l’électro de Ronez en passant par le rock de Lonely China Day (Jimo Xia Ri). So Rock ! sort aussi des compilations thématiques en dehors de ses magazines (brit pop / trash metal…). So Rock ! aurait pu prétendre à devenir Modern Sky si la qualité avait été un brin supérieure (voir le site internet par exemple) et les réseaux de distributions mieux adaptés. Très bon à lire mais pas forcément à écouter, même si certains disques (Fan Yan et Jimo Xia Ri notamment) sortent du lot.
www.sorock.com
www.sorock.com/cdstore/index.htm

- TAG TEAM RECORDS (PEKIN)
Tag Team Records est basé en Chine mais exporte aux États-Unis et vend sur ce marché. On y retrouvait originellement le rock de JiMoXiaRi (il y aura sous peu une réédition de l’album Sorrow) et Arrows Made Of Desire. Depuis, Tag Team s’oriente vers la distribution du label Modern Sky, avec la sortie prochaine de l’excellentissime Re-TROS.
www.tagteamrecords.com/start.php
www.myspace.com/ihearttagteam



STRUCTURES SPECIALISEES

Enfin, certains réseaux nationaux se sont créés dans des domaines respectifs. Si certains réseaux sont quasiment irréprochables, très bien structurés via internet et intégrés au réseau mondial de ce même genre (on pense au trio "bruit" chinois par exemple), d’autres sont plus anarchiques et se décomposent en kyrielles de labels. On a d’ailleurs abandonné le listage des structures punks tellement celles-ci sont aléatoires et non pérennes. Cependant, les scènes du bruit, du metal ou de l’électro fonctionnent de cette façon, et chaque label est intégré et s’entraide avec ses voisins. Le tout forme ainsi "la scène". Ces scènes sont généralement disponibles localement mais surtout via internet, véritable outil de propagation.

- SHASHA (spécialiste du bruit)
Ce label estampillé "bruit" produit surtout Torturing Nurse et divers splits avec Stimbox, PNF ou B.S.O. par exemple, mais aussi les travaux des divers membres du collectif de Shanghai justement baptisé NoiShanghai, mais aussi du Ronez ou du Wang Changcun. A réserver aux amateurs de bruit uniquement. Shasha est un véritable robinet à CD. Si certains albums sont époustouflants, d’autres sont à peine passables et se répètent beaucoup dans leur approche du genre. Shasha, c’est généralement du harsh noise (dans la veine de Merzbow).
http://noishanghai.org/shasha/shop.htm
www.noishanghai.org/shasha/index.htm
www.myspace.com/noiseshasharecords


- 2PI (spécialiste du bruit)
Deuxième pôle du trépied "bruit" chinois, lui basé à Hangzhou (Jiangsu), 2pi sort du Li Jianhong, un split Ronez/Hetleveiker, et les EP du groupe qui donna son nom au label : feu les rockeurs noisy de 2pi (Second Skin). Si Shasha est irrégulier en qualité (sorties trop rapides ?), 2pi sort des EP plus travaillés à notre goût.
www.2pi-records.com

- DOUFU RECORDS (spécialiste du bruit)
Ce label de Ronez basé à Guilin (Guangxi) forme donc avec 2pi et Shasha la structure "bruit" en Chine. Label plus internationalisant, hormis les EP du fondateur Ronez, Doufu a aussi sorti les EP de Hetleveiker (Australie) ou Lasse Marhaug (Norvège), des splits avec Stimbox et de très bonnes compilations reprenant les trop rares D!O!D!O!D!O! et Torturing Nurse. Un point fort de Doufu : le soin apporté aux artworks dans un esprit artisanal "plus roots tu meurs"… Encore une fois, à réserver aux amateurs de bruit, même si Doufu se veut plus accessible que ses compagnons de la côte est.
http://noisetoys.yculblog.com/

- KEYSMET (spécialiste des musiques extrêmes)
Label basé à Chengdu (Sichuan) créé par Kasasis, guitariste es riffs chevaleresques opérant dans divers groupes de black et doom sur le Sichuan. Keysmet se concentre autour de trois groupes : le projet perso de Kasasis (Darkness Over Depth, metal atmosphérique), Zwrust (metal atmosphérique) et The Gorgeous Stone (un des rares groupes purement industriels en Chine, faisant passer Ventolin d’Aphex Twin ou du Einsturzende Neubauten période 80’s pour une musique souriante). Keysmet sort surtout des œuvres "calmes". Amateurs de la double pédale et de doom puissant : passez votre chemin.
www.keysmet.com/news/index.htm


- MORT PRODUCTIONS (spécialiste des musiques extrêmes)
Mort Productions est un des labels pékinois les plus actifs dans le domaine du metal, du heavy metal et du black metal. Ils ont déjà sorti une petite quinzaine de CD chinois en marge des distributions de groupes étrangers. Le label avait commencé en lançant surtout des compilations reprenant la scène chinoise, puis s’est développé au fil du temps avec des projets plus personnels qui ont fait appel à des groupes chinois comme Ritual Day ou Cankered Corpse, mais aussi les Taiwanais de Seraphim, et de nombreux splits avec des groupes occidentaux comme les Italiens de Frostmoon Eclipse ou les Américains de Dying Foetus.
www.mort-prod.com/index.htm
www.mort-prod.com/download/download.htm


- DYING ART (spécialiste des musiques extrêmes)
Dying Art est un label pékinois de musiques obscures beaucoup moins dispersé dans ses signatures que Mort. On retrouve notamment Martyrdom et Ululate. Cependant, Dying Art est à réserver aux amateurs du genre dark metal, avec un son misant généralement davantage sur les ambiances que sur la puissance (technique et moyens obligent).
www.underfm.com/dyingart/chinese/
www.underfm.com/dyingart/chinese/discography/promo.htm

- DEVOURED PRODUCTIONS (spécialiste des musiques extrêmes)
Encore un brin plus obscure et confiné, c’est un label de metal à poils longs et heavy metal avec notamment Outu (Vomit).
http://211.98.12.7/metaltj/666.htm
http://211.98.12.7/metaltj/download.htm

- BASTARD PRODUCTIONS (spécialiste des musiques extrêmes)
Structure assez récente sortant du métal avec Cuntshredder et Minsecunnilingus. N’ayant jamais écouté ni vu un seul de leur disque, il nous est difficile d’argumenter plus en avant…
www.bastard-prod.com

- LIE RECORDINS (spécialiste des musiques extrêmes)
Ce label basé dans la province de l’Anhui (Hefei) est pourtant bien intégré dans le réseau metal chinois, Lie est plutôt orienté dark, avec du death (Ling Chi) ou du gothique (Lowspirit, Leave With Sadness) et plusieurs de ses compilations reprennent des groupes internationaux. Très bonne structure pour la mission entreprise de développer la musique extrême de l’Anhui, avec une qualité de plus en plus présente (contenu et contenant), Lie distribue aussi plusieurs groupes internationaux (surtout black metal).
www.lie-records.com
www.lie-records.com/free/free-e.htm

- PEST PRODUCTION (spécialiste des musiques extrêmes)
Tout nouveau label basé au Jiangxi, produisant divers concepts albums de black.
www.pest666.com
www.pest666.com/discogrphy.htm

- DYING EMPILVER PRODUCTIONS (spécialiste des musiques extrêmes)
Ne pas s’y fier, même si le label est lui aussi très récent, le groupe Dying Empylver a bouffer de la planche de bar pourrie avant de se lancer dans la création de label. A l'heure actuelle, le label reste sur des valeurs sures (Dying Empylver ou Black Lotus). A voir vers quoi tendra la suite, avec une éventuelle diversification.
www.dyingempylver.com

- SHANSHUI RECORDS (spécialiste de l’électro)
C’est le label indépendant électro de base, créé par Sun Dawei. Quasiment tous les acteurs de l’électro chinoise sortent de là, ou sont passés par là, soit à travers un EP (Sulumi, B6, iLoop, AMNJK) soit à travers une compilation (Li Chin Sung, Dead J, Susuxx, Panda Twin, Doublefish…). Shanshui est généralement un gage de qualité si l’on s’intéresse à l’électro, allant de l’ambiante au breakcore en passant par beaucoup de house et de trance.
www.shanshui-records.com
www.myspace.com/shanshuimusic

- RECONFIGURATION RECORDS / NETWAV RECORDS (spécialiste de l’électro)
Net-label de Zhu Jianhui (Doublefish) sortant quasi exclusivement sur internet. Label spécialisé breackcore avec plusieurs compilations Let’s Break mélangeant artistes chinois et occidentaux. Le net-label a aussi sorti un best of reprenant le travail de Li Jianhong (bruit) et les EP de Doublefish. Dernièrement, le net-label semble continuer sur sa lancée breakcore avec plusieurs compilations prochainement disponibles.
www.reconfiguration-records.com/indexmain.htm
www.reconfiguration-records.com/netwav.htm


- NOISE ASIA / DICKSONIA (spécialiste de l’électro)
Il s’agit de l’autre grand centre de l’art sonore et de l’expérimental chinois avec Kwanyin (voir Subjam). Le label de Li Chinsung regroupe les productions locales (évidement du Li Chinsung/Dickson Dee et des travaux avec Zenlu de Shenzhen) mais aussi internationales. Certains poids lourds de l'expérimental sortent des inédits via Noise Asia, notamment RUINS (projet de Yoshida), Otomo Yoshihide ou Zbigniew Karkowsky. A l’instar de Subjam, les produits estampillés Noise Asia peuvent s’acheter les yeux fermés pour tout amateur de textures sonores, et de musique tout court.
www.noiseasia.com
http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=77355718

- ISOLATION RECORDS (spécialiste de l’électro)
Le label de B6 est spécialisé dans l’électro de Shanghai. On retrouve évidement les efforts de B6 en solo, mais aussi les œuvres de Aitar et de certains membres du collectif Antidote (à noter le reggæ breakcore jouissif de AMNJK, quand Bounty Killer rencontre Thunderdome) et le rock noisy de JUNKYARD (prélude à Torturing Nurse).

- ADOPIN (spécialiste de l’électro)
Label de l’artiste sonore Wang Fan, un des précurseurs du genre en Chine travaillant surtout sur les vibrations et mouvements. Le label sort quasi exclusivement du Wang Fan.
http://spaces.msn.com/adopin/



CONCLUSION

La visite est terminée, il s’agit pourtant d’un tour absolument pas exhaustif des structures en Chine. Beaucoup ont été mises de côté ou nous sont tout simplement restées inconnues (vu la taille de la Chine…). Nous avons aussi choisi de mettre en avant les groupes qui méritent une oreille. On espère vous aider dans vos recherches de chinoiserie lors de votre prochain séjour (généralement un CD vaut autour de 2 euros…) ou via internet (les frais de port et les prix varient selon les structures, apparemment sérieuses d’après notre expérience, mais on ne garantit rien).
Enfin, en marge de ces structures, il existe une multitude de groupe s’auto-produisant, et pas des moindres : Cold Fairyland, SUBS, Twisted Machine…

Guillaume Maximin
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême