Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Eason Chan au Zénith de Paris le 31 mars 2014 : reportage sur le concert français de la tournée ''EASON'S LIFE''

Exotisme et dépaysement garantis ce 31 mars 2014 : la mégastar hongkongaise Eason Chan et sa troupe qu'on croirait sortie d'un spectacle de Lady Gaga ou de Kyary Pamyu Pamyu ont rempli le Zénith de Paris. Près de 5500 spectateurs à 99,9% d'origine chinoise ont chanté et crié pendant 2h30 dans ce qui devient l'un des plus gros concerts asiatiques organisés à ce jour en France. Des débuts à la fois rassurants et très prometteurs pour le producteur Orientouch Entertainment qui enchainait jusqu'alors les succès en Angleterre depuis 2010 avec ses artistes Cpop.

A presque 40 ans dont 20 ans de carrière, Eason Chan est une immense star à Hong Kong, mais un parfait inconnu en Europe en dehors de la communauté chinoise. C'est l'une des plus grandes vedettes masculines de la canto-pop, bien qu'il chante aussi en mandarin pour élargir son audience à la Chine continentale. Jusqu'en 2013, les artistes Cpop (Eason, Joey Yung, Sandy Lam, Wang Lee-hom ou encore THE BIG FOUR) se produisaient principalement à Londres, où le producteur spécialisé Orientouch Entertainment accumulait les succès en visant un public spécifique. En France, le non-remplissage des salles pour les têtes d'affiche taïwanaises Jolin Tsai et Mayday laissait planer une incertitude sur la mobilisation de la communauté chinoise... jusqu'au show d'Eason hier soir au Zénith de Paris, quasiment rempli en configuration assise, soit près de 5500 fans à 99,9% d'origine asiatique. Rien qu'en ciblant la communauté, la seconde et dernière date de la tournée européenne 2014 EASON'S LIFE affichait presque complet en quelques jours ! Autre différence avec les concerts Jmusic et Kpop qui attirent principalement un jeune public en majorité féminin, celui du chanteur hongkongais était mixte, populaire et composé d'adultes et jeunes adultes, avec la présence remarquée d'une classe aisée qui a pu s'offrir des tickets haut-de-gamme aux tarifs très élevés, comme chez les stars US. Signe d'un marché déjà pris au sérieux, le sponsoring tournait à plein régime avec la participation de multiples annonceurs et partenaires.



Tout ce monde n'était pas très pressé et la plupart des spectateurs avaient probablement aussi une journée de travail à finir ce lundi 31 mars. A l'instar de la représentation du fameux groupe de rock taïwanais Mayday en février, les abords de la salle étaient presque déserts à l'ouverture. Le temps d'installer le public, le concert débutait avec 30 minutes de retard et laissait rapidement place à l'étrange fantasmagorie d'Eason Chan. Devant un orchestre d'une dizaine de musiciens (guitare, batterie, violon, piano, cuivres...), des créatures bizarres (que ne renierait pas la Japonaise Kyary) et des danseurs aux intrigants costumes (aux références religieuses détournées comme chez Gaga) s'adonnaient à des chorégraphies soit rigolotes, soit mystiques et théâtrales tout au long du spectacle, alors que la star du soir faisait le show en mandarin et cantonais, avec un sous-titrage mandarin-only sur les écrans perchés de part et d'autre de la scène. Peluches géantes, marionnettes humaines burtonesques, chewbaccas aux couleurs acidulés, géant de 3 mètres et cosmonaute à tête de poubelle se côtoyaient dans ce cirque exotique, cette comédie musicale absurde, au moins pour les non-sinophiles éberlués qui s'étaient joints à la fête. Si l'ambiance était plutôt tiède durant la première demi-heure, le public était complètement déchainé deux heures plus tard ! Hurlements, tambourinage des pieds et danses dans les gradins : le délire contaminait tout le Zénith. En roi de ce Broadway chinois aux accents pop ou jazzy aux frontières du kitsch, Eason Chan jubilait sur scène, jusqu'à se rouler par terre.





Un concert Cpop n'en serait pas un sans ses nombreuses ballades. EASON'S LIFE s'inscrivait dans cette tradition et le public a joyeusement chanté en chœur chaque titre, criant et entonnant les refrains dès les premières notes de chaque hit comme Lonely christmas (le seul avec des paroles un minimum accessibles). Ces ballades représentaient une bonne moitié de la setlist et permettaient plus particulièrement d'apprécier la maîtrise vocale d'Eason Chan, juste et puissant de la première à la dernière minute, sans une seconde de playback. Artiste charismatique et pétillant d'énergie, orchestre complet et excellent, danseurs aux costumes étonnants, mise en scène et effets de lumière spectaculaires, serpentins et confettis... tous les ingrédients d'un bon concert pop était réunis ! Les quelques dizaines de spectateurs ne comprenant rien au mandarin auraient juste apprécié un petit effort de localisation, mais avouons que cela n'aurait guère était rentable... Eason s'est tout même amusé à parler chinois avec un accent français, juste après avoir demandé "voulez-vous coucher avec moi ?" le soir même, quitte à louer le Zénith un peu plus longtemps...



Contrairement aux concerts japonais, coréens et même taïwanais qui tentent de séduire le public européen en espérant accessoirement un développement local, la première d'Eason Chan au Zénith de Paris était une véritable production dédiée et vendue à la communauté chinoise. Cela n'a pas empêché les (rares) autres, curieux ou passionnés de cultures asiatiques, de passer un très bon moment et de succomber au démon de la danse dans un cadre assez dépaysant. Sans le staff habituel de la salle plutôt amusé par ce concert exotique, on se serait carrément cru en Asie, et cela dès l'arrivée au Parc de la Villette en transport en commun.



Eason Chan au Zénith de Paris n'était certes pas aussi fou dans son ambiance, aussi hystérique et aussi chargé en émotions que les autres grands shows japonais et coréens de L'Arc~en~Ciel, SMTOWN et SUPER JUNIOR, il n'en restait pas moins une grosse production à succès, surprenante et entraînante, sans aucun doute plus ambitieuse que ses équivalentes nipponnes (L'Arc~en~Ciel, X JAPAN, DIR EN GREY) et qui ouvre la voie à d'autres projets Cpop. Orientouch Entertainment aurait d'ailleurs d'autres concerts en préparation, et la dizaine de journalistes français de la presse spécialisée en a profité pour formuler un souhait : le chanteur et acteur Jay Chou. C'est en effet l'une des stars Cpop les plus populaires auprès des fans de musique asiatique, l'un des seuls qui pourraient sensiblement attirer un plus large public. Car pour le moment, tout indique qu'on devrait encore longtemps voyager en Asie sans prendre l'avion à chaque concert Cpop en France.


Eric Oudelet








Remerciements : Groupal Project Planning & Orientouch Entertainment
Photos Eason Chan à Paris par Eric Oudelet © Orient-Extrême (sauf mention contraire)
Reproduction / réutilisation partielle ou totale des photos et / ou du reportage strictement interdite.









Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême