Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

TAIWAN MUSIC NIGHT 2014 à Paris avec A-Lin, Xiao Yu, Shin et O-Kai Singers : reportage et vidéo

Au MIDEM comme à Paris, la TAIWAN MUSIC NIGHT est devenue un rendez-vous annuel de choix pour les fans de musique asiatiques en France. C'est aussi une soirée hautement recommandable pour les amis car on y découvre des artistes de qualité dans des genres très divers et dans des conditions optimales. En 2014, la détermination taïwanaise ne faiblit pas et l'île offrait gratuitement son nouveau line-up aux Parisiens. Le 30 janvier à La Flèche d'Or, A-Lin, Xiao Yu, Shin et O-Kai Singers ont donné un concert de près de 2h30 qui s'est achevé par une pluie de cadeaux sur les spectateurs. Qui dit mieux !?



Pas facile malgré tout d'attirer les foules. Musicalement, Taiwan reste encore dans l'ombre du Japon et de la Corée, beaucoup plus populaires et largement plus médiatisés en France. Pourtant, l'île espère, persévère depuis six ans et impressionne par sa détermination, sa générosité et ses investissements, accueillant à bras ouverts les medias susceptibles d'élargir son audience. Après avoir testé une formule payante (et chère) avec la popstar Jolin Tsai qui n'a pas permis de remplir le Trianon en 2013, Taiwan change son fusil d'épaule et opte pour une stratégie diamétralement opposée en 2014 avec un concert 100% gratuit dans une salle plus petite (400 places) mais néanmoins chargée d'histoire et à l'agréable acoustique, La Flèche d'Or. Proportionnellement, l'offre a attiré davantage de public non originaire de la communauté chinoise, mais l'accessibilité peu évidente des invitations n'aura pas optimisé le remplissage. Dommage pour les absents, la soirée-concert a émerveillé le public qui n'imaginait pas un set aussi homogène dans sa qualité, que ce soit avec la pop d'A-Lin, le hip-hop/R&B de Xiao Yu, le rock de Shin ou l'étonnante chorale aborigène O-Kai Singers.




Ce groupe de chanteurs et chanteuses a capella a captivé les 200 spectateurs par la  douceur de son "gospel taïwanais", chaleureux, léger, pétillant, dans un écrin acoustique littéralement saisissant. Pendant 45 minutes, O-Kai Singers ensorcelait Paris avec stupéfaction, passant outre les préférences musicales de chacun. Après ce moment magique, place à la pop-music ! Un groupe complet de musiciens formé de deux guitaristes, un bassiste, un batteur et un claviériste s'est installé pour les sets d'A-Lin, Xiao Yu et Shin, trois artistes du label Avex Taiwan, filiale de la célèbre major nipponne.




La chanteuse A-Lin et le chanteur-rappeur de poche Xiao Yu ont mis l'ambiance et fait danser le  public grâce à leurs setlists hétéroclites faites de pop, de rock, de R&B, d'un peu de rap et surtout de superbes ballades interprétés avec une justesse et une subtilité fort appréciables. Si l'abus de playback commence sérieusement à agacer dans d'autres concerts pop asiatiques, son absence était ici une vraie libération, presque une révélation. Oui, il y a des chanteurs pop à voix en Asie, on l'avait presque oublié avec la surreprésentation d'artistes assistés ou vocodés débarqués dans nos contrées. Il n'y a rien de tel que de percevoir les efforts d'un artiste pour chanter juste (ici mis en relief par de splendides jeux de lumière, en particulier autour du très coloré Xiao Yu) pour qu'à notre tour on s'immerge et on se laisse imprégner par les émotions. Hélas, les deux sets d'à peine une demi-heure, entrecoupés d'un duo sur 920 (en version rock), sont passés trop vite et il fallait déjà laisser la place au dernier invité.





A 42 ans, le chanteur rock/metal Shin n'est plus un minet et sa voix était parfois à la hauteur de l'individu : très haut perchée (un peu comme un chat voltigeur marseillais). Le côté épique, théâtral et orchestral des compositions surprenait après la musique mainstream d'A-Lin et Xiao Yu, et on aurait aimait en voir davantage que 20 minutes, dans un lieu plus spacieux, pour mieux apprécier l'univers du personnage, trop statique et à l'étroit sur la scène encombrée de La Flèche d'Or.




On aurait bien réclamé du rab, mais le caractère succinct des sets et leur enchainement rapide évitaient toute lassitude. Histoire de chipoter, A-Lin aurait sûrement paru plus belle et naturelle en laissant ses extensions au vestiaire et en se tartinant moins de maquillage. Hormis ces détails, difficile de prendre en défaut cette très belle soirée-concert, non seulement gratuite, mais ponctuée par une distribution massive de cadeaux. Si la formule est reconduite en 2015, il faudrait vraiment être bête pour ne pas en profiter ! Année après année, Taiwan monte en puissance, même si le chemin parait encore long avant de rattraper les voisins japonais et coréens, dont la musique peine encore à toucher le grand public européen. 2014 marque toutefois un cap en France avec le prochain grand concert MAYDAY au ZENITH de Paris. La qualité de l'offre taïwanaise mérite le détour et les efforts déployés pour la promouvoir mériteraient aussi un retour sur investissement.


Eric Oudelet


 


TAIWAN MUSIC NIGHT 2014, le best-of vidéo :











Photos et vidéo par Eric Oudelet
Remerciements : Bureau de Représentation de Taipei en France, BL MUSIC PRODUCTIONS
Reproduction / réutilisation du reportage et / ou des photos strictement interdite.











Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême