Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu Papier/Pellicule
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

[JAPAN EXPO 9] SADAMOTO YOSHIYUKI, chara-designer d'Evangelion - CONFERENCE PUBLIQUE

Compte rendu de la conférence publique donnée par Sadamoto Yoshiyuki le 5 juillet 2008

L'arrivée en France d'un des fondateurs de la célèbre Gainax, illustrateur de génie qui a donné naissance à des personnages mythiques comme Nadia (Nadia, le secret de l'eau bleue) ou Ayanami Rei (Neon Genesis Evangelion), et a également travaillé sur des séries à succès comme FLCL ou .hack//SIGN constitue un événement pour tout fan d'animation qui se respecte. Ce créateur a même reçu un award d'honneur pour son travail sur le film La Traversée du temps lors des Anime awards à Tôkyô et constitue donc un invité d'exception à Japan Expo. Plus d'une demi-heure de retard, le public attend toujours patiemment : dans la salle, des admirateurs tremblants d'excitation échangent des points de vue pointilleux sur les différentes œuvres du maître, quelques adolescents semblent s'être perdus et rangent leur pancarte "Free Hugs" tout en lançant des regards éteints autour d'eux, les journalisent rongent nerveusement leurs crayons et les touches des consoles portables crissent.

Deux personnes grimpent sur l'estrade, palabrent avec le staff, et finalement le traducteur présente l'illustre invité. Pour Sadamoto, pas d'illustration sur écran géant, pas de manager au regard sérieux, pas non plus de présentateur, le traducteur à bout de souffle s'empare du micro et annonce qu'à cause du retard il n'y aura pas de démonstration de dessin sur paperboard à la fin de la conférence et qu'on passera tout de suite aux questions du public. Ledit public est décontenancé, Sadamoto fixe la nappe de la table, les journalistes grognent et la conférence, ou plutôt, la session questions / réponses peut commencer.

[Après une courte hésitation du public, le micro se déplace, tandis que le présentateur introduit maladroitement l'invité en quelques très courtes phrases.]
Public : Vous avez adapté la série Neon Genesis Evangelion en manga. Comment expliquez-vous les différences de scénario entre l'anime et la version papier ?
Sadamoto Yoshiyuki :
En réalité, il n'y a pas tellement de différences entre les deux versions. Je respecte la ligne directrice de l'anime, l'intrigue reste également la même : le manga diffère donc très peu de la série.



Public : Votre adaptation de l'œuvre de Jules Verne dans Nadia, le secret de l'eau bleue n'a pas plu à certains fans du roman. Pourquoi avoir choisi de modifier l'œuvre originale?
Sadamoto Yoshiyuki :
Lorsque nous avons commencé à travailler sur Nadia, nous travaillions sur un projet de la NHK ; en fait le véritable projet s'appelait 20 000 lieux sous les mers et avait été mis de côté par Miyazaki Hayao. Puis après le succès de Laputa, la NHK a décidé de ressortir le projet. Après avoir demandé à examiner plusieurs propositions de studios différents, c'est Gainax qui a remporté le concours et a pris en charge la version anime. A la base, le réalisateur souhaitait axer l'histoire sur le combat des deux sous-marins, il a donc fallu s'écarter de la trame initiale du roman pour donner naissance à une œuvre originale comme Nadia.

Public : Où en êtes-vous de vos projets avec la Gainax?
Sadamoto Yoshiyuki :
En ce moment, j'essaie de rattraper le retard accumulé lors de ma participation à la création du film Evangelion 1.0 You Are (not) Alone pendant lequel je n'avais pas pu travailler sur le manga d'Evangelion. Cependant, la version manga  ne prend pas en compte le film actuel. Je suis la ligne directrice fixée, les films n'influent pas sur le travail du manga. Quant au film, je travaille sur l'animation en elle-même. Donc ça me fait beaucoup de projets.

Public : Pourquoi des projets comme Olympia ou Aoki Uru [projets avortés dont les illustrations préliminaires sont présentes dans deux artbooks de Sadamoto, Alpha et Der Mond, NDLR] n’ont-ils pas vu le jour en version animée ?
Sadamoto Yoshiyuki :
Tout simplement parce que nous n'avons pas eu les sponsors nécessaires !~



Public : Pensiez-vous qu'en créant Ayanami Rei , ce personnage allait avoir autant d'impact?
Sadamoto Yoshiyuki :
Lorsque j'ai développé les personnages d'Evangelion dont Ayanami Rei, je ne m'attendais pas à avoir autant de succès. On espère toujours que notre travail soit réussi et apprécié par un très large public. Comment ai-je créé ce personnage ? Je ne le sais pas, peut-être ai-je été touché par la grâce ? On m'avait demandé un personnage sombre, je me suis alors inspiré d'une chanson populaire de l'époque qui parle d'une jeune fille constamment entourée de bandelettes. J'ai donc placé en Rei les impressions graphiques que je ressentais lorsque je pensais à cette jeune fille.

Public : Quels sont vos loisirs ? Influent-ils sur vos créations ?
Sadamoto Yoshiyuki :
J'aime lire des romans de jeunes auteurs comme Murakami Ryû. En réalité grâce à mes lectures, je fais travailler mon imagination en essayant de visualiser les personnages que je pourrais créer.

Question d’un journaliste japonais présent : Après avoir accumulé 10 ans de succès, notamment à l'étranger, que ressentez-vous ?
Sadamoto Yoshiyuki :
Ce succès me fait plaisir et me donne envie de m'améliorer. Mais je suis très pris par Evangelion et je n'arrive pas à passer à autre chose.

Public : Votre style graphique est très anguleux par rapport à celui d'autres illustrateurs. Quelle en est la raison?
Sadamoto Yoshiyuki :
J'avais déjà développé ce style dans le projet Nadia, le secret de l'eau bleue. J'avais passé beaucoup de temps à travailler le design des personnages car en réalité je ne suis pas doué pour dessiner les personnages féminins ! Lorsque j'ai su qu'il s'agissait du personnage principal d'une série télévisée, j'ai beaucoup étudié pour développer son design. Finalement j'ai créé des êtres peu communs car à l'époque la plupart des anime avaient des personnages aux formes rondes. Lorsque j'ai soumis Nadia, le succès a été au rendez-vous, cette expérience m'a permis de développer un style particulier qui ne correspond pas aux standards fixés par l'animation en général.



Public : Dans Evangelion, vous mettez beaucoup, beaucoup en avant le côté mystique et l'aspect religieux de la religion occidentale. Celle-ci vous tient-elle à cœur?
Sadamoto Yoshiyuki :
En fait il faut considérer ce problème d'un point de vue japonais. Cette religion est très riche et on peut montrer beaucoup de choses avec. Certaines personnes ont pu être choquées de l'usage que je faisais de la religion occidentale, mais je ne travaille pas sur cet aspect-là. Oshii Mamoru [réalisateur des deux films Ghost in the Shell, NDLR] me conseillait sur ce sujet et m'avait suggéré de le mettre en scène. Je m'excuse donc si j'ai pu choquer quelques personnes, ce n'était pas le but.

Public : Comment travaillez-vous ?
Sadamoto Yoshiyuki :
Je discute avec le réalisateur et le scénariste pour le contenu de l'histoire, puis j'effectue une première esquisse. De nouveau nous entamons une discussion où l'on affine les personnages et après ce processus il faut encore discuter avec tout le staff pour chaque personnage.

Public : Comment trouvez-vous l'inspiration ?
Sadamoto Yoshiyuki : Je ne sais pas, j'étudie chaque personnage au cas par cas. Parfois je n'arrive pas à créer un personnage mais j'insiste, je recommence jusqu'à obtenir un résultat satisfaisant.

Public : Combien de temps mettez vous pour dessiner une planche ?
Sadamoto Yoshiyuki : Un chapitre doit être normalement publié tous les mois. Je reçois au début de chaque mois un scénario et j'ai 15 jours pour dessiner une planche. Une fois l'histoire découpée, je passe une ou deux semaines sur la partie graphique et enfin ce sont mes assistants qui finissent le travail.

Le traducteur et Sadamoto saluent et s'excusent encore pour l'organisation catastrophique de la conférence. Ils annoncent que le dessin du maître sur paperboard sera affiché ultérieurement et quittent la salle sous les applaudissements.

La différence de traitement entre Obata et Sadamoto est frappante. Pourtant des deux illustrateurs, Sadamoto est bien celui qui a le plus de titres de prestige à son actif. Un tel manque de préparation dans l'organisation n'a certainement pas satisfait les admirateurs fébriles, ni fait honneur au travail du maître. A ceci s'ajoutent la qualité médiocre du son et les questions disparates du public sans réel fil conducteur. Une conférence aussi peu travaillée est une honte tant pour les visiteurs que pour les conférenciers. A quand Toriyama Akira en conférence dans un placard à balais à Japan Expo ?

Compte rendu réalisé par Sara Lawi

Photos conférence : Sara Lawi

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême