Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu Papier/Pellicule
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Declic Images dépose le bilan

Le 24 janvier dernier, Manga Distribution dépose le bilan, suite notamment à la sombre affaire de la vente des DVD de la série Goldorak, qui trouvera par ailleurs une issue prochainement, après le jugement en appel. C’est donc en toute logique que Declic Images, qui possède Manga Distribution, a également déposé le bilan le 21 mars.

Rappelons que cela ne signifie pas la mort des deux entreprises, mais, en revanche, le gel de leurs dettes. Sans rentrer dans les détails, après quelques mois d’observation et à l’issue du redressement judicaire, soit les deux établissements sont capables de relever la tête, soit la liquidation (fin définitive des activités) est prononcée.

Rien n’est donc encore joué, mais il paraît clair que "l’affaire Goldorak" a eu des répercussions plus que néfastes sur Declic Images et Manga Distribution. Inutile de dire que dans de telles conditions, il sera difficile aux fidèles de l’éditeur d’acheter des séries sortant sur plusieurs mois ou années (Touch par exemple) et que le salut de ces derniers passera donc par le jugement en appel de l’affaire qui les oppose à la Toei, le 15 juin prochain.

Les dirigeants de Declic Images ont d’ores et déjà réagi, voici leurs propos :

"Chères Clientes et Chers Clients,

Nous sommes désolés de ne pas avoir répondu plus tôt, mais actuellement, notre travail ne nous permet pas d’être en permanence sur les forums.
Concernant la série « Goldorak », comme vous le savez peut-être, nous travaillons sur le Procès en Appel que nous avons interjeté et qui aura lieu le 15 juin 2006.
D’autre part, nous préparons le Mipcom qui se déroulera du 3 au 7 avril, et ce qui prime surtout, c’est la bonne continuité de notre activité (chiffre d’affaires, etc.).

Comme pour Manga Distribution, c’est volontairement que nous nous sommes déclarés en cessation des paiements pour Déclic Images, nous avons pensé qu’à long terme, nous n’aurions pas trop le choix car c’est in solidum avec Manga Distribution que nous avons été condamnés.

Concernant nos licences avec les Japonais :
À ce jour, toutes nos licences signées avec les divers ayant droits au Japon sont intégralement payées et, à notre connaissance, aucune raison juridique ne pourrait annuler nos contrats qui pour la plupart expirent entre 2009 et 2011.

Concernant nos fournisseurs :
Nous n’avons pratiquement aucune créance, hormis la condamnation de 7 200 000€, et malgré cette condamnation, l’actif réuni de Manga Distribution et Déclic Images reste supérieur au passif, ce qui signifie que nous nous orientons, dans le plus mauvais des cas, vers un plan de continuation.

Concernant la cessation de paiements :
Cela consiste à « geler » toutes les créances antérieures au dépôt, et non pas celles qui sont postérieures. Nos fournisseurs et nos clients n’ont aucune crainte à avoir, du fait que depuis quelques mois, nous payons l’ensemble de nos factures au comptant.

La cessation de paiement volontaire ne signifie pas qu’une société n’a plus de liquidité, une créance plus importante que les fonds disponibles peut déclencher cette démarche.

Concernant nos séries en cours :
Il est vrai que tout ceci a perturbé nos plannings, mais nous avons toujours été au bout de nos obligations, et nous pouvons vous confirmer que toutes nos séries sortiront dans leur intégralité, et pour la collection Animation, malgré quelques retards, au minimum une quatrième vague sera proposée.

Nous tenons aussi à dire, pour les personnes s’inquiétant du sort des employés, qu’aucun licenciement sans cause réelle ou sérieuse n’a été effectif ou envisagé, et ce, depuis des années.
D’autre part, certains de nos concurrents, qui se reconnaîtront, devraient songer plutôt à leur avenir, au lieu de faire valoir aux sociétés Japonaises que Manga Distribution et Déclic Images ont fait faillite, et ne disposent plus de locaux, ni de salariés !!

Nous espérons avoir répondu pour certains et certaines à toutes vos attentes et craintes, pour les autres, il faudra encore beaucoup patienter.

Valérie et Benjamin Uzan,
Et toute l’équipe de Manga Distribution et Déclic Images
"

Pierre-Alexandre Conte

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême