Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ciné - DVD
Critiques
Personnalités/Evénements
Section télévision

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

HEAVEN'S SOLDIERS

Disponible en DVD zone 2 aux éditions GCTHV

Quand on hésite entre réaliser une fresque historique à la gloire de sa nation et délivrer un message de propagande un peu bébête, le mieux (?) est encore de se lancer dans une comédie burlesque qui mêle science fiction et pseudo-réflexion politique. Démonstration planante avec ces soldats tombés du ciel pour sauver le monde… ou pas.

Des soldats des deux Corée projetés dans le passé et contraints de s'entraider ? Tsss, ça ne fait pas un film, ça. En surplus, il fallait au moins une arme nucléaire dix fois plus puissante que celle de Hiroshima tombée aux mains d'envahisseurs sanguinaires, un futur sauveur historique de la Nation qui, pris d'un coup de blues, n'a plus envie de sauver quoi que ce soit, et des militaires absolument crétins pour hisser Heaven's soldiers jusqu'à un 25e degré salutaire apparemment désiré par les scénaristes. Plus foutraque que cette épopée mythique arrosée d'une grosse dose de n'importe quoi, la pellicule fond, indéniablement.

Et pourtant, on ne baille pas d'ennui devant ce mélange de Hero, des Visiteurs et de Frères de sang. Mieux, on en redemande. Car quitte à se laisser aller à la fantaisie la plus débridée, autant que ce soit avec dérision et irrespect. Prenez les personnages principaux, par exemple. Militaires portant bien l'uniforme, marchant droit et au pas, habitués à commander et obéir, en fonction de leurs grades respectifs. Catapultés dans le passé, que deviennent-ils ? Une poignée de bras cassés qui tremblent devant les autochtones, pillent les tombes ou font du jardinage ; brillant, vraiment.

Leurs chefs ne sont guère mieux. Les deux majors (l'un Coréen du Nord, l'autre du Sud) sont bien trop occupés à se détester pour entreprendre la moindre action commune. Le mythe de la réunification en prend pour son grade avec ces deux abrutis qui communiquent à coups de poing et se traitent mutuellement de "rouge" et de "réactionnaire". D'autant qu'à peine arrivés en l'an 1572, ils ne trouvent rien de mieux que de diviser en deux leur camp de fortune, dressant une jolie barrière au milieu…

Cette opposition systématique entre Nord et Sud, qui contredit leur désir de voir le pays se réunifier, est une grosse pierre bien voyante dans le jardin des idéalistes patriotiques : il y a encore du chemin à parcourir pour rapprocher les deux parties du même peuple… Et même le grand héros national Lee Soon-Shin (connu pour avoir bouté les Japonais hors de Corée, ce qui en fait un symbole au moins aussi puissant que notre Jeanne d'Arc nationale) aura bien du mal à les réunir…



Les militaires ne sont bons à rien

D'ailleurs, parlons-en, du grand général. Lui non plus n'est guère épargné par l'esprit de dérision de Min Joon-ki : colérique, fuyant, trafiquant de ginseng… le personnage ne présente pas une image très reluisante. Pire, il fait l'objet d'une controverse très représentative des dissensions entre Nord et Sud : ces derniers l'admirent pour avoir entendu chanter ses exploits, tandis que les autres le prennent pour un élément de propagande réactionnaire. Et pourtant, c'est encore lui qui s'en sort le mieux, car une fois sensibilisé aux problèmes de ses semblables, il accepte enfin son destin… et se passe parfaitement des conseils des hommes du futur.

C'est qu'au fond, le film est violemment anti-militariste et montre en substance que, livrés à eux-même, les militaires ne sont bons à rien. Soit ils ont des idées formidables comme fabriquer puis voler une bombe capable de détruire la moitié de la planète, soit ils s'entretuent pour savoir lequel a la plus grosse. Le réalisateur ne leur épargne pas grand chose, même pas l'humiliation de les mettre au final au service d'un homme qui a échoué à l'examen militaire. Maigre consolation, ils sacrifient leur vie pour leur pays… mais c'est probablement plus pour rajouter une tonalité patriotique à l'ensemble que pour redorer leur blason.

Glorifier le sentiment national n'a jamais fait de mal à personne. Aussi, après avoir passé une bonne heure à ridiculiser les représentants des deux Corée actuelles, Min Joon-ki s'offre quelques scènes ultra-patriotiques censées donner une furieuse envie d'empoigner une arme lourde pour bouter l'envahisseur hors du pays. Hop, hop, le sang se vaporise dans l'atmosphère en nuages de fines goutelettes qui envahissent tout l'écran, ça gicle dans tous les sens, on ne voit bientôt plus rien. On voulait de l'action, on ne va pas se plaindre… mais dommage que les combats ne soient pas plus spectaculaires. Là, ça donne vraiment l'impression d'avoir attendu tout ce temps (la grande bataille clôturant le film) pour pas grand chose. Pour ces soldats tombés du ciel, l'atterrissage se situe quelque part entre le crash mortel et la chute parfaitement contrôlée...



Marie-Pauline Mollaret

Heaven's soldiers de Min Joon-ki, Corée du sud, 2005.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême