Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ciné - DVD
Critiques
Personnalités/Evénements
Section télévision

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

CANNES 2007 - VERSANT ASIATIQUE

Depuis une quinzaine d’années, le cinéma asiatique se taille la part du lion dans les différentes sections du festival cannois. Après la semi-déception de 2006, cette soixantième édition s’annonce pleine de surprises venues d’Orient. Pour que la fête soit encore plus réussie.

Pour son soixantième anniversaire, Cannes sera asiatique ou ne sera pas. Après une plutôt décevante année 2006 (où seul la Jeunesse chinoise de Lou Ye représentait l'Orient extrême en compétition officielle), notre continent favori reprend du poil de la bête avec pas moins de quatre films concourrant pour la palme d'or. On retrouve les habitués Wong Kar-Wai (photo de droite en lunettes noires ; président du jury l'an passé, en sélection avec 2046 et In the mood for love) et Naomi Kawase (photo de gauche ; caméra d'or avec Moe no Suzaku en 1997 et en compétition officielle en 2003 avec Shara) aux prises avec des familiers de la Croisette nouveaux venus en sélection officielle comme Kim Ki-Duk (photo de droite ; présent en section Un premier regard en 2005 avec L'arc) et Lee Chang-Dong (photo de gauche ; sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs avec Peppermint candy puis à la Semaine de la Critique avec Oasis).

Autre habitué du Palais Lumière, Johnnie To foulera le tapis rouge lors d’une séance de minuit consacrée à Triangle, projet à six mains un peu fou réalisé en collaboration avec Tsui Hark et Ringo Lam. Ajoutons à cela une séance spéciale consacrée à He Fengmin (Chronique d'une femme chinoise) de Wang Bing, ancien résident à la Ciné Fondation du festival de Cannes et révélé par A l'ouest des rails en 2004, et les segments asiatiques du film collectif Chacun son cinéma. Ont en effet participé à cette œuvre anniversaire Chen Kaige, Hou Hsiao-Hsien, Takeshi Kitano, Tsai Ming-Liang, Wong Kar-Wai et Zhang Yimou. Autant dire qu’il y en a pour tous les goûts… Comme un hommage secret au seul membre du jury originaire d'Asie, l'actrice hongkongaise Maggie Cheung, détentrice d’un prix d’interprétation sur la croisette et digne représentante du cinéma asiatique dans toute sa complexité, des films d’auteur de Wong Kar-Wai aux séries B les plus mineures.

Quoique la proportion soit séduisante, cinq films asiatiques sur une période de presque quinze jours, ce serait bien sûr peu s’il n’y avait les sélections parallèles, sans compter le foisonnant marché du film. De ce dernier, difficile de présumer tant ce que l’on y projette peut être divers, à moitié terminé ou à peine commencé. En revanche, on peut se réjouir par avance de la présence de quelques réalisateurs réputés dans les autres sections du festival. A commencer par Hou Hsiao-Hsien dont A la recherche du ballon rouge (longtemps pressenti pour la compétition officielle) ouvrira Un certain regard. Ce remake du Ballon rouge d’Albert Lamorisse par le grand maître taïwanais est attendu comme le messie et pourrait bien éclipser Mang Shan de Li Yang, révélé par le très sombre Blind shaft en 2003, ainsi que Train de nuit de Diau Yinan et Kuaile gongchang du Thaïlandais Ekachai Uekrongtham…

La Quinzaine des Réalisateurs a elle aussi son film collectif, O estado do mundo, auquel collaborent le Thaïlandais habitué de la Croisette Apichatpong Weerasethakul (Tropical malady) et le Chinois Wang Bing. Pen-ek Ratanaruang (Vagues invisibles) est également présent avec son nouveau film Ploy tandis que le comique japonais Hitosi Matumoto présentera son premier long métrage Dai Nipponjin. Un autre Japonais concourant pour la caméra d’or, Daihachi Yoshida, est sélectionné à la Semaine de la critique pour son œuvre Funukedomo, kanashimi no ai wo miserô.

Si l’on fait les comptes, ça nous donne treize longs métrages asiatiques plus deux films collectifs, soit une moyenne pas si excitante que ça. Mais il faut parfois savoir privilégier la qualité à la quantité, sans compter les petites incursions asiatiques dans des lieux moins médiatiques. Akira Kurosawa sera ainsi présent sur la plage Macé avec la projection de Kagemusha, l’ombre du guerrier, palmé en 1980 tandis que Cannes classic propose L’arche de chasteté du Coréen Shin Sang-ok (1962). Enfin, plusieurs courts métrages venus d’Asie seront également projetés dans le cadre de la Cinéfondation. Quand Cannes célèbre le cinéma, l’orient extrême est forcément à la fête !

Compétition
My Blueberry Nights de Wong Kar-wai
La forêt de Mogari (Mogari no mori) de Naomi Kawase
Souffle (Soom) de Kim Ki Duk
Secret Sunshine (Milyang) de Lee Chang-dong

Sélection officielle
Chronique d'une femme chinoise (He Fengmin) de Wang Bing
Chacun son cinéma de Collectif
Triangle de Johnnie To, Tsui Hark et Ringo Lam

Un certain regard
Train de nuit (Ye xing lie che) de Diau Yinan
A la recherche du ballon rouge de Hou Hsiao-hsien
Mang Shan de Li Yang
Kuaile gongchang de Ekachai Uekrongtham

Quinzaine
Dai Nipponjin de Hitosi Matumoto
O estado do mundo de Apichatchong Weerasethakul, Vicente Ferraz, Ayisha Abraham, Wang Bing, Pedro Costa, Chantal Akerman
Ploy de Pen-ek Ratanaruang

La Semaine
Funukedomo, kanashimi no ai wo miserô de Daihachi Yoshida

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême